La psychomotricité

Historique

1960 : Mise en place d’une action thérapeutique avec une première définition des troubles psychomoteurs.

1963 : Délivrance par l’Etat du premier certificat de rééducation psychomotrice, reconnu comme un diplôme de l’enseignement supérieur. A la faculté de médecine de la Salpêtrière, Madame G.Soubiran enseigne la partie « pratique » tandis que Monsieur J.de Ajuriaguerra enseigne l’enseignement « théorique ».

1967 : Création de la première école privée de psychomotricité à Paris : Institut Supérieur de Rééducation Psychomotrice. Ouverte par Madame G.Soubiran. Parallèlement, une partie de l’enseignement continue d’exister à la faculté de médecine de la Salpêtrière.

1974 : Parution du premier diplôme d’Etat de psychorééducateur (ancienne appelation de la psychomotricité). La psychomotricité est reconnue comme une nouvelle profession de santé par l’Académie de médecine.

1985 : Le nom de psychomotricien vient remplacer le terme de psychorééducateur.

1988 : Décret du 6 mai 1988, premier décret des actes de rééducation et réadaptation du psychomotricien.

1995 : La loi du 4 février 1995 confère à la psychomotricité le statut d’auxiliaire de médecine.

1998 : L’arrêté du 7 avril 1998 formalise les études préparatoires au diplôme d’Etat de psychomotricien (vous trouverez ci-dessous la liste des écoles en France).

Depuis, les champs de compétences du psychomotriciens ne cessent d’augmenter.

De nos jours les associations et syndicats de psychomotriciens demandent la réingéniérie afin d’allonger le temps des études de 3 ans à 5 ans et d’actualiser les contenus de formation dans le cadre de la réforme LMD (Licence-Master-Doctorat).

Décret de compétences

Décret n°88-659 du 6 mai 1988 relatif à l’accomplissement de certains actes de rééducation psychomotrice

Article 1

Les personnes remplissant les conditions définies aux articles 2 et 3 ci-après sont habilitées à accomplir, sur prescription médicale et après examen neuropsychologique du patient par le médecin, les actes professionnels suivants [*compétence, attributions*]:

1. Bilan psychomoteur.

2. Education précoce et stimulation psychomotrices.

3. Rééducation des troubles du développement psychomoteur ou des désordres psychomoteurs suivants au moyen de techniques de relaxation dynamique, d’éducation gestuelle, d’expression corporelle ou plastique et par des activités rythmiques, de jeu, d’équilibration et de coordination :

– retards du développement psychomoteur ;

– troubles de la maturation et de la régulation tonique ;

– troubles du schéma corporel ;

– troubles de la latéralité ;

– troubles de l’organisation spatio-temporelle ;

– dysharmonies psychomotrices ;

– troubles tonico-émotionnels ;

– maladresses motrices et gestuelles, dyspraxies ;

– débilité motrice ;

– inhibition psychomotrice ;

– instabilité psychomotrice ;

– troubles de la graphomotricité, à l’exclusion de la rééducation du langage écrit.

4. Contribution, par des techniques d’approche corporelle, au traitement des déficiences intellectuelles, des troubles caractériels ou de la personnalité, des troubles des régulations émotionnelles et relationnelles et des troubles de la représentation du corps d’origine psychique ou physique.

Ecoles

La formation du psychomotricien est validée après trois années d’études après le baccalauréat, par un diplôme d’Etat délivré par le Directeur régional des Affaires Sanitaires et Sociales, Ministère des Solidarités et de la Santé.

Une année de classe préparatoire est vivement recommandée afin de préparer le diplôme. Chaque école propose son propre concours d’entrée comprenant une épreuve de biologie et une épreuve de contraction de texte. L’admission définitive se fait après la production d’un certificat médical émanant d’un médecin agréé.

Le nombre d’admis au concours dépend de chaque école, il varie entre 20 et 200 places.

Pour pouvoir s’inscrire aux concours, il est nécessaire d’être titulaire d’un baccalauréat et être âgé de 17 ans au moins au 31 décembre de l’année du concours d’entrée.

 

En 2019, les écoles dispensant la formation sont :

  • CHI MEULAN-LES-MUREAUX (78) – Concours d’admission (http://campuschimm.fr/ifp/)
  • IFP RAYMOND LECLERC – LILLE/LOOS (59) – Concours d’admission (http://www.institutpsychomot-nord.com)
  • ERFPS – ROUEN (76) – Concours d’admission (https://ifp.chu-rouen.fr)
  • IFRES de Normandie – ALENÇON (61) – Concours d’admission (https://www.ifres-alencon.com)
  • Institut inter-régional de formation en Psychomotricité – MULHOUSE (68) (http://www.ghrmsa.fr/etudiants/institut-de-formation-aux-metiers-de-la-sante-661.html)
  • ISTR LYON (69) – Concours d’admission (https://istr.univ-lyon1.fr/formations/psychomotricite/psychomotricite-742164.kjsp)
  • ISRP MARSEILLE (13) – Concours d’admission commun à l’ISRP PARIS (https://www.isrp.fr)
  • FACULTÉ DE MÉDECINE LA PITIÉ SALPÉTRIÈRE – PARIS (75) – Concours d’admission (http://medecine.sorbonne-universite.fr/fr/les_formations/les_etudes_paramedicales/psychomotricite/psychomotde1.html)
  • ISRP – PARIS/BOULOGNE BILLANCOURT (92) – Concours d’admission commun à l’ISRP MARSEILLE (https://www.isrp.fr)
  • ISRP – VICHY (03) (https://www.isrp.fr)
  • FACULTÉ DE MÉDECINE DE TOULOUSE RANGUEIL (31) – Concours d’admission (http://www.psychomot.ups-tlse.fr)
  • IFPVPS HYÈRES (84) – Concours d’admission (https://www.ifpvps.fr)
  • IFP UNIVERSITÉ DE BORDEAUX (33) – Réussite au concours à la fin du Paces : 1ière année commune des études de santé
  • EMAP SAINT-PIERRE (RÉUNION) – Concours d’admission (https://emap.re/institut-regional-de-formation-en-psychomotricite/)